Download in HD

Iceman 3D

Film de Law Wing-cheong Action, comédie, historique 1 h 44 min 17 avril 2014

Deux guerriers s’affrontent sous la dynastie Ming et se retrouvent pris dans la glace lors de leur combat. Il se réveillent dans un Hong Kong contemporain et vont poursuivre leur affrontement...

Remake du Iceman Cometh (1989) de Clarence Fok avec Yuen Biao, Iceman 3D est ce qu’on pourrait appeler un bien beau ratage. Bon, à vrai dire, on s’y attendait un peu dès l’apparition de la première bande annonce sur la toile qui a laissé tout le monde pour le moins… dubitatif. Annoncé au départ avec un budget de 100M$HK, la production a été tellement lente et catastrophique que le film en aura couté au final 250M, dont 50 uniquement pour la reproduction du Tsing Ma Bridge, le gouvernement de Hong Kong n’ayant pas autorisé le tournage sur le vrai pont. Un budget somme toute colossal pour au final un bien beau gâchis. Mais heureusement, tout n’est pas à jeter. Enfin si, mais pas pour l’amateur de nanar qui sommeille au fond de chacun de nous…

Oui, parce que dès les cinq premières minutes, Iceman 3D fleure le bon gros nanar des familles avec une référence rapide à Terminator enchainant sur un Donnie Yen en tenue de combat antique se mettant à uriner façon tuyau d’arrosage. On apprendra d’ailleurs plus tard que lui et ses amis étaient les meilleurs pisseurs de toute la Dynastie Ming, véridique ! Et c’est parti pour 1h45 de scènes et de dialogues nanars parfois d’une connerie sans nom. Citons en vrac une course poursuite de guerriers d’élite Ming se finissant en surf des neige avec des boucliers en guise de snowboard ; un Donnie Yen se déplaçant en ville uniquement à dos de bus ; une course poursuite improbable entre une Lamborghini et Donnie Yen sur un cheval blanc arrêtant des balles avec une chaine… Ce dernier se permet même deux gags à base de pet et vire même carrément vers le scato lors d’une explosion de WC avec jet d’excrément à l’appui… Et pourtant Wong Jing n’est pas à la production !!! Ca en devient même totalement incompréhensible tant tout est à coté de la plaque. Le film se veut comme son ainé rempli de petites touches d’humour, sauf qu’ici elles nous laissent de marbre et ce sont les scènes à priori sérieuses qui en deviennent involontairement drôles. Même l’aspect décalage du changement d’époque du Iceman Cometh de Clarence Fok est ici rapidement mis de côté, comme si ce bond de 400ans dans le futur n’avait étonné personne. On retrouve certes le gag de l’eau dans les toilettes, mais c’est bien la seule chose, nos protagonistes maniant tablettes tactiles et même véhicules comme si tout cela existait déjà à leur époque.

Après une première heure, très avare en action, enchainant des scènes WTF !? et des punchlines pourries, les dernières 40 minutes vont accélérer un peu le rythme en enchainant un combat rapide dans une boite de nuit, objectivement pas terrible mais plutôt rigolo, mais surtout lors d’un long final frisant avec le n’importe quoi jouissif sur le pont Tsing Ma cité plus haut. Donnie Yen, aux commandes des chorégraphies, s’en donne à coeur joie et a du se dire que quitte à faire un film pourri, autant finir dans un joyeux bordel. Carambolage massif, armes géantes sorties de nulle part, effets spéciaux très spéciaux essayant comme régulièrement dans le film de nous balancer des trucs à l’écran histoire de dire « Attendez les gars, vous avez oublié ? Il est en 3D le film ! ». Mais qu’importe, l’ensemble du fight est relativement fun et nous laisse clairement sur une impression plus positive qu’on l’espérait. Mais c’était sans compter sur l’ultime scène… Alors qu’on croyait en avoir fini, voilà que le Iceman 3D se finit de telle sorte qu’on comprend bien qu’il y aura une suite. Quelques recherches rapides confirmeront le pire : une séquelle devrait à priori sortir au mois de décembre 2014. Mais est-ce que les spectateurs se laisseront berner une 2ème fois ? Là c’est nettement moins sur, à tel point qu’on se demande si cette suite verra réellement le jour…

Iceman 3D aurait pu être un naufrage absolu s’il n’y avait pas autant de scènes à tendance nanar pour sauver l’ensemble. Ca ne vaut objectivement pas une gayole, mais au moins on rigole bien et c’est toujours ça de pris.

Note : 3/10 Note nanar : 6/10

streaming film complet