Download in HD

Les Quatre sœurs Makioka

Film de Kon Ichikawa Romance et drame 2 h 20 min 21 mai 1983

Avec Keiko Kishi, Yoshiko Sakuma, Sayuri Yoshinaga

Les quatre sœurs Makioka tentent de préserver le prestige de leur nom. Depuis que leurs parents sont décédés, les deux aînées ont pris en charge les deux cadettes, essayant de leur trouver un époux. Mais les deux jeunes filles, chacune à leur manière, se montrent réticentes à se conformer aux...

Cette troisième adaptation du roman « Quatre sœurs » de Tanizaki, produit à l’occasion des 50 ans de la Toho et réalisé par le vétéran Kon Ichikawa est une réelle déception. Le film est à la fois l’échec d’une adaptation mais aussi d’une production qui sous un vernis fastueux s’apparente davantage à une production télé.

Les premières minutes sont à contrario une réussite avec des plans sublimes de cerisiers en fleurs sous la pluie et une scène de repas captivante qui introduit les principaux personnages. Malheureusement la suite ne tient pas les promesses de cette belle ouverture hormis la présence d’un casting parfait et d’une interprétation très convaincante. L’adaptation, délicate quand il s’agit d’une œuvre si riche et foisonnante d’intrigues et de personnages, est un réel échec. Il est bien sûr nécessaire de couper, trouver des raccourcis et des aménagements dans l’histoire mais dans le cas présent il ne subsiste plus qu’une vague ossature, qui seule, fait perdre toute son âme au récit d’autant que même la personnalité de certains personnage a été modifiée. Les thématiques principales (la nostalgie, les arts, l’occidentalisation, l’opposition régionaliste…) sont écartées au profit des seules péripéties matrimoniales de la troisième sœur. La quasi-totalité des scènes en extérieur a disparu ainsi que tous les personnages occidentaux et les enfants, mais aussi nombre de ces petits détails du quotidien qui donnaient son sel à l’histoire. Le résultat est fade et aseptisé, d’une fresque familiale vivante on abouti à un long huis-clos de plus en plus bavard et répétitif.

Si l’on considère le film sans le comparer au roman, les défauts subsistent. La psychologie des personnages est survolée, les scènes manquent d’émotion ou de tension, on assiste à de nombreuses séquences bavardes dignes d’un soap où la beauté d’un silence n’a pas sa place. La réalisation qu’on sent tendre vers du Ozu échoue à atteindre sa perfection visuelle, la musique (sans doute ce qu’il y a de plus mauvais dans le film) est une douloureuse et anachronique composition interprétée au synthétiseur en rupture complète avec l’atmosphère du film. Seuls les costumes, de superbes kimonos, et les décors retiennent l’attention.

Un film qui n’atteint pas la hauteur de ses ambitions et qui laisse un sentiment de gâchis en tête.

streaming film complet