Download in HD

Le jour des morts vivants 2 : Contagium

Film de Ana Clavell et James Glenn Dudelson Action 1 h 43 min 18 octobre 2005

Avec Laurie Baranyay, Stan Klimecko, John Freedom Henry

Accompagné par le docteur Donvin, un groupe de détenus du Ravenside Memorial Hospital sont en train de nettoyer un ravin quand l'un d'eux découvre un objet qui ressemble à un thermos. En réalité, c'est un récipient contenant un objet hautement irradiant. En l'ouvrant, cet objet va provoquer moult...

Contrairement à ce que son titre indique cette purge heu..... je voulais dire ce film, n'est pas vraiment la suite du jour des morts vivants puisqu'il se passe avant que les zombies ne dominent la surface. C'est une histoire de droit qui lui donnera ce nom (la boite qui a produit ce "contagium" possède les droits du jour des morts vivants mais pas des autres). Mais ce n'est pas une vraie préquelle puisque les rapports entretenus entre le film de Romero et la croute qui nous intéresse ici sont plus que ténus (virus différent, aucun personnage en commun, époque différente). Bref ça n'a, en fait, rien à voir mais "quand même si" grâce à un imbroglio juridique et grâce à un opportunisme assumé.

Dès l'énoncé du pitch on sent poindre le film dont on ne sortira pas indemne : Dans un asile des débiles mentaux retrouvent une boite contenant un produit que l'armée a oublié là dans les années 60. Comme ils sont débiles ils vont contaminer tout le monde et l'asile se transforme ainsi en gigantesque boucherie. Jouer un déficient mental est très compliqué, forcément quand on est mauvais acteur ça l'est encore plus, surtout quand on rajoute la contrainte de faire le zombie. L'ensemble du casting est à se pisser dessus tant ils ont du mal à faire passer quoi que ce soit. Evidemment le script n'est pas en reste se contentant d'empiler des scènes gores à la queue leu leu sans trop se soucier du rythme du film ni de la cohérence de l'ensemble. La palme revient d'ailleurs à la vitesse de propagation du virus complètement aléatoire et qui s'adapte selon les besoins des rebondissements. Certains vont ainsi mettre la moitié du film à se transformer alors que dans d'autres cas ça se fera en l'espace de quelques secondes. Vous vous doutez bien qu'aucune explication ne sera fournie. Le pillage sent le Z, les acteurs sentent le Z, le script sent le Z... rassurez vous les effets spéciaux et la mise en scène sentent le Z aussi ! Mal filmé mais surtout incroyablement mal mis en lumière le film possède un cachet visuel vraiment.... unique, dieu merci. D'une laideur de tous les instant cette mauvais blague tend au surréalisme lors de séquences gores bien complaisantes et ridicules comme il se doit.

Dommage que le film soit tellement naze sinon il aurait pu être drôle.

streaming film complet