Download in HD

LEGO Batman, le film

Long-métrage d'animation de Chris McKay Action, comédie, fantastique 1 h 44 min 8 février 2017

Avec Will Arnett, Zach Galifianakis, Michael Cera

La situation a bien changé à Gotham – et s'il veut sauver la ville des griffes du Joker, il lui faudra arrêter de jouer au justicier masqué et découvrir le travail d'équipe ! Peut-être pourra-t-il alors se décoincer un peu…

Le verdict est sans appel, tout comme la fulgurante nullité du jeu de mots que Behind s'apprête à écrire, surtout au sein de l'univers LEGO : ce nouveau film ne casse pas des briques...

D'autant plus dommage puisqu'il investissait la mythologie Batman, riche de nombreux alliés et personnages hauts en couleurs plus ou moins oubliés, plus au moins abandonnés au fil des années. Une scène de l'oeuvre s'empare même de ce constat pour le tourner en ridicule... Le temps de quelques secondes et d'un mini running gag très moyen.

LEGO Batman : Le Film ne tire ainsi jamais réellement et pleinement partie ni de son personnage super héroïque, ni de son environnement, se contentant de capitaliser assez paresseusement sur le succès surprise très rafraîchissant de La Grande Aventure LEGO, ce dernier semblant avoir aspiré toute la créativité que recèle pourtant le jeu de construction original. Si l'on retrouve ici le personnage de Batman imbu de lui-même et poseur, pas grand chose de neuf ne se dessine à l'horizon, à part un joker, un Robin et une Barbara Gordon très mal exploités et une Gotham City des plus anonymes. C'est maigre quand on connaît, et surtout quand on achète certainement à prix d'or, LA licence DC Comics la plus intéressante, son univers le plus fouillé, sa figure la plus sombre et torturée.

Le fan service jouera donc à outrance, sans pour autant exploiter l'ensemble des vilains convoqués, hormis le Joker, plus de vingt secondes. La parodie et la moquerie aussi, tournées vers l'ensemble des films de la saga, avec plus ou moins (à la vérité, plutôt moins que plus) de bonheur et d'à propos. Ce qui est supposé être envisagé comme irrévérencieux et en forme de clins d'oeil complices à l'adresse du spectateur devient assez vite crispant. D'autant plus que LEGO Batman : Le Film ne trouve pas cela suffisant et drague, le temps de sa séquence inaugurale, sur les terres de Deadpool en commentant l'apparition des logos de ses producteurs en mode audiodescription finalement assez inutile.

Le tout en abandonnant presque totalement la liberté créative de La Grande Aventure LEGO, tout ce qui en faisait le charme et la fraîcheur. A la place, LEGO Batman : Le Film mélange maladroitement les univers de manière extrêmement gratuite au sein d'un scénario finalement bien prétexte où l'on se demande quelle mouche a bien pu piquer les scénaristes pour inonder l'univers de Batman de méchants tels que Voldemort, Bruce le requin spielbergien ou des gremlins de Joe Dante. Et l'on se rend compte que les auteurs de ce film ont confondu la créativité, source du jeu de construction LEGO et un certain portnawak assez vain saupoudré des thématiques habituelles de la famille et du travail en équipe qui donnent lieu à des scènes bien gnangnantes et rebattues déjà vues dans de nombreux autres films d'animation.

Restent quelques scènes d'actions assez réjouissantes, un festival de couleurs vives et surtout, quelques aspects de l'oeuvre bien plus intéressantes, comme la relation entre le Batman et sa némésis qui, si elle avait été mieux exploitée, aurait pu donner quelque chose dans la veine du run Fini de Jouer mis en scène par Greg Capullo et Scott Snyder. Mais trop de paresse, de parodie facile et d'infantilisation parasite nuisent à ce LEGO Batman : Le Film, à qui il manque beaucoup de choses, même s'il reste pas désagréable à suivre, pour se hisser à la hauteur de son glorieux aîné. Une Grande Aventure qui parlait de manière adulte et maligne du pouvoir de l'imaginaire, tout en se permettant de glisser une critique du poids de la société de consommation qui l'avait pourtant enfanté.

Une dernière mauvaise impression pourra enfin être laissée par un défilé assez horripilant, en VF, de non acteurs de doublage qui ne doivent leur place qu'à la pseudo hype qu'ils suscitent, tare de plus en plus générale dans les films d'animation actuels. Une raison supplémentaire de pleurer et de privilégier une séance en VOST...

Behind_the_Mask, de briques et de broc.

streaming film complet