Download in HD

Steal this film II

Documentaire de Jamie King 32 min 21 août 2006

« La propriété intellectuelle est le pétrole du 21ème siècle » Mark Getty.

La scène d’ouverture du documentaire est assez particulière et bien pensée. Sous forme de message anti-piratage classique que l’on retrouve au début de quasiment chaque film, on nous indique ici que le but est bel et bien de redistribuer ce film et d’encourager les autres à en faire autant. Dès le début, le ton est alors donné et l’on sait de quoi il va être question les 45 prochaines minutes : pirater, to do or not to do et pourquoi on ne peut pas s’en empêcher. Le film est constitué d’interviews juxtaposées de différents « acteurs », experts de la question de la propriété intellectuelle (avocats, membres de diverses associations...). On nous raconte, de façon diachronique, l’évolution des formes de piratage à travers les âges, en partant de l’invention de l’imprimerie jusqu’aux bouleversements apportés par l’avènement d’internet. Le film couvre ainsi l’impact provoqué par le partage de fichiers en se positionnant contre les lois de copyright. L’emphase est mise sur les façons dont nous produisons, échangeons, et consommons les données au sens large du terme et comment l’industrie culturelle a mis en place des moyens, principalement juridiques, pour éviter la redistribution illégale de ces objets culturels. Cette industrie a agit pour empêcher la libre diffusion de fichiers afin de protéger ces données comme si elles étaient comme n’importe quel autre bien sur le marché. Afin de cerner le sujet au mieux, des membres du Parti Pirate prennent la parole et donnent leur vision des choses, puisque, rappelons-le, le but du documentaire est d’aller dans le sens d’une libre diffusion des données, du « peer to peer » sans avoir peur du pire. Il est dit que de partager les données n’empêche pas les industries culturelles de créer, pas plus que cela ne les empêche de prospérer. Au contraire, pour une personne lambda, réutiliser quelque chose de déjà existant pour en faire quelque chose de différent apporte de la créativité. Les réalisateurs nous font remonter dans le temps grâce à l’intervention d’historiens. Une partie du documentaire est consacrée au livre et à l’imprimerie comme des formes et point de naissance du piratage. Cela nous amène à réfléchir à la notion même de piratage. Il s’agissait à l’époque d’une forme de rébellion, d’émancipation des diktats de la société et du pouvoir en place. C’est le cas par exemple de la distribution de livres interdits. Je/on découvre alors que cela a aidé à préparer la Révolution Française du fait qu’un nouveau lectorat a eu accès à la connaissance de par la reproduction de livre. On assiste à l’époque à une vraie guerre, une guerre des idées qui mène à une révolte physique. Le terme « guerre » revient dans le film pour caractériser le combat entre, d’une part les défenseurs de la propriété intellectuelle, et d’autre part, ceux pour le libre partage des données. Enfin, il est fait référence à plusieurs reprises au fait que le but d’internet est de reproduire et distribuer des contenus, de transmettre au travers des barrières. Combattre le piratage est donc une cause perdue car cela va à l’encontre d’internet mais aussi de la nature humaine. J’ai apprécié tout particulièrement le passage du film consacré à l’offensive des acteurs de la propriété intellectuelle et pourquoi il est inutile d’aller contre la distribution et le partage d’œuvres. Sachant qu’ils ne peuvent pas complètement arrêter le « piratage », leur but est surtout de le rendre aussi difficile que possible (en utilisant des procédés d’intimidation. C’est le cas de la HADOPI en France, qui rencontre cependant très peu de résultats concrets). Dans un second temps, je trouve intéressant de mettre en avant la conception pour les jeunes que l’on ne paie pas pour obtenir de la musique. Lorsqu’ils sont interrogés dans la rue, beaucoup, si ce n’est la majorité, ne voient rien de mal à télécharger leur musique illégalement car « tout le monde le fait ». Enfin, les réalisateurs mettent en avant le fait que transmettre/communiquer est la fonction si ce n’est principale des êtres humains et qu’en tant que propriété inhérente, nous empêcher de partager des données sur internet est impossible. C’est l’essence même de la communication : partager, copier et internet tend à fonctionner sur ce même modèle.

streaming film complet