Download in HD

Sherlock Holmes : Les Mystères de Londres

Film de Rachel Goldenberg Action et aventure 1 h 30 min 26 janvier 2010

Le détective Sherlock Holmes doit faire face à son ultime challenge quand d'énormes monstres attaquent la ville de Londres...

Asylum, c'est hilarant : dans le registre des mockbusters volontairement nanardesques, on fait difficilement mieux. Il y a bien SyFy qui rivalise quelque fois, mais c'est souvent quand ils collaborent avec. Rien que le nom est un délire; tu sens que les gars ne sont pas mentalement très équilibrés, et tu le comprends en regardant leurs films à l'imagination débordante : Sharknado, L'Attaque du requin à 3 têtes, The Terminators, tant de film de merde et de plagiats volontaires qui font de The Asylum la société de production de référence des mockbusters du 21 ème siècle.

En 2010, il fallait surfer sur le retour de Sherlock Holmes au cinéma, concocté par le trio Ritchie/Downey Jr/Law. Entre deux films sort Les Mystères de Londres, gloubi boulga incompréhensible et what the fuck dans lequel Sherlock s'improvise Docteur Who et, face à une faille spatio temporelle envoyant tout un tas de monstre dans l'Angleterre de lépoque victorienne (dont un T-Rex pas si mal fait), tentera de déterminer qui peut-être à l'origine de tout ce bordel.

Outre le scénario je-m’en-foutiste et la "révélation" finale ridicule, on s'étonnera d'y croiser des dinosaures, des robots, des ninjas, un dragon sans n'y trouver aucun sens, si ce n'est celui de mêler Holmes a tout un tas de registres cinématographiques différents pour pouvoir se vanter d'avoir apporté quelque chose chose au personnage, une vision nouvelle de ses enquêtes et de ses ennemis (c'est bien sûr tout à fait relatif).

Il sera aussi amusant de voir que l'aventure la moins fidèle au personnage littéraire soit affublée d'un "Conan Doyle's Sherlock Holmes", détail qui semblerait anodin mais prend tout son sens dans le bordel que nous sert l'intrigue. Une fidélité qu'on ne retrouvera aucunement dans les personnages développés, triste vision de ce que peuvent être Sherlock et Watson sans le budget et le talent de celui de Ritchie.

Deux acteurs sans charisme qui jouent sans y croire et sans nuance, pas bien aidé par tout un casting de surjeu constant, sûrement mal mené par une direction d'acteurs au rabais. La mise en scène non plus ne peut être qualifiée de grand art : mollassonne, tremblotante et sans grand propos, on sera désarçonné de voir que la qualité des caméras change au fil des scènes, et qu'on se retrouve parfois même avec une image floue au mouvement, preuve de l'application portée au visuel et à la cohérence des scènes entre elles. N'évoquons pas cette figure du méchant clichée et exubérante, qui ne trouve d'équivalent que dans le ridicule de voir un dragon attaquer Londres avec de tels CGI.

Laid, long, mauvais, Sherlock Holmes : Les Mystères de Londres est un triste mockbuster sans intérêt ni imagination, et qui ne s'éprend pas assez de folie pour marquer l'esprit du spectateur et dépasser sa simple condition de navet, et aurait ainsi pu devenir le nanar attendu. Mais quand on est conscient de faire un mauvais film et qu'on s'évertue à plonger dans les tréfonds du mauvais, il paraît difficile, face à une telle démarche artistique, de finalement parvenir à y déceler quelque chose d'authentiquement bon.

streaming film complet